“INVITONS LES INSECTES !” ✩ ACTION

INVITONLES INSECTES 

 Chantier participatif du 01-08-18 à la Ferme du Vieux Poirier de Shopperten (67)-

 

🎥 🐝 Résumé en 1:50.

ACTION ✩🌈🌍🏡 “INVITONS LES INSECTES !” 🐝

Voici les retours d’un chantier participatif qui s’est tenu à la ferme du Vieux Poirier à Schopperten dans le Bas-Rhin (Grand Est, France), une micro-ferme permacol d’élevage Bio, dirigée par Charles & Lauriane.
Le thème du chantier était la mise en place de plusieurs techniques permettant l’invitation d’insectes dans leur verger permaculture.
1000 arbres et arbustes ont déjà été plantés autour de leur ferme.

Au programme, 5 techniques pouvant être facilement reproduites ailleurs et par tout le monde >|

Pour ce chantier, l’équipe en place, constituée de familles et de personnes de tous âges, a été guidée dans l’agencement de 5 techniques inspirées par le travail de Hymenoptera (à découvrir, très intéressant également) situé dans le nord de l’Alsace : le gal-gal (dôme en pierres), l’hôtel à insectes, la zone maigre, le caveau à insectes et le sandarium.

Un grand merci à Charles & Lauriane d’avoir accepté de partager leurs recherches aux personnes souhaitant soutenir la biodiversité de façon autonome. (Leur projet sur Facebook et leur site Web).

Les cinq techniques sont listées ci-dessous en image, cliquez pour l’agrandir :

invitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniques

invitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniquesinvitons les insectes au verger techniques

ET POUR FINIR, LES PETITS BONUS EDUCATIFS >|

invitons les insectes au verger techniques  

Autre point intéressant : En suivant cette ferme, j’ai pu découvrir l’existence, et même visiter, un site de production de baies de goji dans la région. Il est donc possible de cultiver et consommer ces petites baies rouges sans avoir à les acheminer depuis l’autre bout du monde.

➳ MOT DE LA FIN :
NOUS AVONS PARTICULIÈREMENT BESOIN DE (RE)CRÉER DES ZONES HUMIDES ET DE HAIES POUR SOUTENIR LE DEVELOPPEMENT DE LA BIODIVERSITÉ.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *